en #Albret je suis en mode

Reliquaire de Saint-Louis à la bastide de Lamontjoie

ob feeed9 ste-bernadette-47-reliques-st-louis-03

Reliquaire-châsse du XIIIe siècle du roi de France Louis IX, dit Saint-Louis, conservé à l’église de la bastide de Lamontjoie. © Michel Teytau

 

La fondation de Lamontjoie et l’arrivée des reliques de Louis IX

Le 1er janvier 1298, le sénéchal de l’Agenais agissant au nom du roi de France Philippe le Bel, octroie aux habitants de Lamontjoie une charte des coutumes : c’est l’acte de fondation de la bastide confirmé le 9 août 1299 par Philippe le Bel.
La charte des coutumes indique que la création de la bastide répond surtout à une motivation politico-militaire pour enrayer des violences perpétrées au lieu-dit La Planha.

Le roi de France est considéré comme le seigneur de Lamontjoie : il en est le protecteur via ses agents (sénéchal, bailli, sergents) qui lui rendent hommage et lui doivent les redevances seigneuriales.

Selon la tradition, le roi de France offre à la fondation de la bastide, des reliques de son grand-père Louis IX, dit Saint-Louis, canonisé dès 1297 et la nomme de son vocable : Lamontjoya sancti Ludovici (Lamontjoie de Saint-Louis).

Quelles reliques ?

La présence des reliques de Saint-Louis à Lamontjoie s’inscrit dans une politique intense de diffusion des fragments de reliques de Louis IX à la suite de sa canonisation en 1297. Philippe le Bel et ses successeurs distribuent des reliques dans tout le royaume de France et en Occident

Huit os métacarpiens de la main du roi sont alors envoyés à Lamontjoie, tout d’abord conservés dans une châsse reliquaire de la fin du XIIIe siècle. A une date indéterminée, les extrémités des ossements sont serties dans des cabochons en argent.

Le reliquaire d’origine du XIIIe siècle

Le reliquaire est réalisé en émail champlevé vraisemblablement depuis les ateliers de Limoges, où sa fabrication s’inscrit dans une production en série dont quelques exemplaires sont encore conservés. Sa structure est en bois recouverte de plaques de cuivre.
Le système de fermeture d’origine a été remplacé, à une époque indéterminé, par une serrure dont la clé a été perdue. L’intérieur du reliquaire n’a donc pas pu être examiné…

Sa forme avec une cuve et un couvercle à deux pans évoque un sarcophage symbolique, pour les ossements des mains de Saint-Louis. Le reliquaire est de taille modeste : 13,7cm de haut, 23,6cm de longueur et de 7,1cm de profondeur.

L’iconographie du reliquaire comprend huit médaillons renfermant des bustes d’anges représentés sur chaque face du reliquaire et deux autres sur les petits côtés de la cuve. Seuls les anges des pignons latéraux du couvercle ne comportent pas de médaillons

Le fond bleu du coffret est réhaussé de motifs végétaux dorés, entre lesquels les médaillons figurés prennent place avec un dominante de rouge et de blanc. Les dorures du cuivre confèrent au reliquaire un aspect précieux, proche de l’or. L’iconographie n’est pas en relation avec les reliques qu’il contenait et il est donc probable que ce coffret ait eu une première destination différente.

Les autres reliquaires de Saint-Louis à Lamontjoie

Buste reliques saint louis croix reliques saint louis coffret reliques saint louis monstrance reliques saint louis

De gauche à droite : buste reliquaire, croix reliquaire, croffret reliquaire, reliquaire monstrance. © culture.gouv.fr Base Mérimée.

Du XIIIe siècle jusqu’au XVIIe siècle, les reliques de Saint-Louis ont été conservées dans le reliquaire chasse d’origine. Un buste reliquaire de Louis IX lui succède alors pour abriter les reliques du saint. C’est une sculpture en bois peint et doré à la feuille.

Une croix reliquaire, datant probablement du XVIIe siècle, était utilisée pour les processions. D’une trentaine de centimètres de haut, la croix en argent ciselé comporte, au bas de la tige, un embout dévissable où l’on pouvait placer une relique.

Un petit coffret reliquaire en argent a été fabriqué au XIXe siècle. Une vitrine permettait de voir l’un des métacarpes de Louis IX serti d’argent. Il s’agit peut-être de la relique auparavant exposée dans la croix.

Le dernier et actuel reliquaire en bronze a été réalisé en 1874. Il contient toujours les reliques de Louis IX. Un édicule hexagonal de style gothique sur pied permet d’exposer dans des niches transparentes les métacarpes du saint. Cette forme de reliquaire, « montrant » les reliques, se diffuse à partir du XIIIe siècle et devient commune à l’époque moderne.

Chaque année, une procession de reliques dans la bastide de Lamontjoie a lieu le 25 août, jour de la Saint-Louis.

 

Source : Collectif Université Bordeaux Montaigne, Une bastide pour le roi autour des reliques de saint Louis à Lamontjoie - Broché, 2014.